Les comportements d’errance ou de déambulation sont fréquents chez les personnes ayant la maladie d’Alzheimer. En effet, 60% d’entre elle a ce types de comportements. Mais c’est quoi un comportement d’errance exactement ? Et que faire pour protéger la personne? On vous explique dans cet article.

C’est quoi un comportement d’errance ?

La personne peut déambuler à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit et pendant plusieurs heures. Cette errance peut prendre plusieurs formes :

  • Errance sans but, imprécise, sans destination
  • Errance avec but précis
  • Errance nocturne souvent associée à des troubles du sommeil ou à une incapacité à distinguer le jour de la nuit
  • Errance complexe accompagnée de gestes répétitifs

Ces comportements peuvent se révéler de plus en plus problématiques au fur et à mesure que la maladie se développe : les personnes oublient leur nom ou leur adresse, sont désorientées dans des endroits familiers, elles risquent de se perdre, de se mettre en danger…

Pourquoi déambule-t-il ?

L’errance ou déambulation est l’un des comportements du malade Alzheimer le plus difficile à comprendre pour les aidants. Il peut avoir plusieurs causes :

  • Un nouvel environnement qui rend la personne hésitante et désorienté
  • La perte de mémoire : la personne Alzheimer oublie la destination et cause de son déplacement
  • Le trop plein d’énergie
  • Le stress, l’anxiété, l’agitation
  • L’ennui et la solitude : déambuler peut être une manière de s’occuper
  • L’inconfort ou une douleur
  • La faim
  • La recherche du passé : la personne Alzheimer part à la recherche de quelqu’un ou quelque chose de son passé
  • La confusion jour-nuit

Solutions et aménagements

Pour améliorer le bien-être de la personne Alzheimer sujette à l’errance, il faut adapter son environnement de vie selon ses besoins.
Essayez de :

  • Lui proposer de marcher lors de promenade faites toujours à la même heure pour créer une routine
  • Rythmer les journées à l’aide de routines pour le lever, la toilette, le repas… Utilisez des supports visuels pour les routines !
  • Maintenir un rythme veille/sommeil en proposant des activités toniques le matin et plus relaxantes en fin de journée.
  • Faire en sorte que l’environnement soit calme et apaisant. Pourquoi ne pas créer un coin ou un espace Snoezelen ?
  • Déterminer ce qui rend la personne Alzheimer agitée : est-ce la faim, la douleur, la soif, l’envie d’aller aux toilettes ?
  • Rendre l’environnement intelligible pour la personne malade Alzheimer en indiquant la fonction de chaque pièce par des pictogrammes.
  • Installer des horloges de type « Synopte » (disponible sur www.hoplavie.fr) pour que la personne puisse mieux s’orienter dans la journée, notamment en cas de confusion jour/nuit.
  • Déterminer les moments de la journée durant lesquels la personne est en errance. Proposez à la place des activités pour l’occuper.
  • Camoufler les portes de sortie en les peignant de la même couleur que les murs ou en les couvrant
  • Mettre dans la poche des manteaux de la personne les informations sur son identité et son adresse.
  • Installer un dispositif qui émet un signal sonore lorsque la porte d’entrée s’ouvre. Cela peut être aussi simple qu’une petite clochette.

Amandine, community manager et rédactrice pour le blog Hop'Toys.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *