60% des patients atteints de la maladie d’Alzheimer sont affectés par l’apathie. Or, ce syndrome est parfois confondu avec la dépression. Cependant, il ne faut pas confondre les deux, c’est pour cela que dans cet article on vous donne une explication de ce syndrome et comment on peut le prendre en charge avec des moyens thérapeutiques non médicamenteux.

C’est quoi l’apathie ?

L’apathie est souvent confondue avec la dépression en raison d’une similarité de symptômes comme le diminution de la motivation, une perte d’intérêt, le sentiment d’un manque d’énergie. Ce qui la différencie de la dépression est que malgré la présence de ces signes, la personne ne se sent pas excessivement triste ou déprimée. Il faut vraiment être vigilant et en parler au médecin. De plus la HAS recommande au médecin d’utiliser l’inventaire neuropsychiatre qui évalue la fréquence et la sévérité de 12 symptôme rencontrés au cours de la maladie d’Alzheimer dont l’apathie fait partie.

Pour mieux comprendre ce qu’est l’apathie voici les signaux :

  • Personne démotivée, elle ne prend pas d’initiatives
  • Personne qui semble désintéressée des sujets qui habituellement retiennent son attention
  • Personne peut réactive à l’annonce de nouveaux événements : naissance, mariage… Une perte d’empathie
  • Personne qui n’exprime pas ses émotions

Si les signes d’apathie persistent durant 4 semaine, il ne faut pas hésiter à en parler au médecin pour qu’il vous aide dans l’accompagne du malade Alzheimer.

Comment accompagner votre proche ?

Dans l’apathie les moyens thérapeutiques non médicamenteux sont à privilégier. En effet, ils s’attaquent directement aux symptômes. Voici des idées de prise en charge non médicamenteuse :

  • La cuisine thérapeutique
  • L’atelier autobiographique
  • L’approche Montessori
  • La doll thérapie (la thérapie d’empathie)
  • L’espace Snozelen
  • L’art et la musique thérapie

Pour accompagner votre proche vous pouvez réaliser une de ces activité. Vous pouvez également réalisé des activités physiques régulièrement. Par exemple, un peu de marche chaque jour. Il ne faut pas  hésiter également à valoriser votre proche en lui donnant des tâches simples. En effet, l’apathie est directement lié avec la peur de l’échec et la perte de l’estime de soi. Il faut donc redonner confiance à votre proche. Cependant, attention à ne jamais le forcer, pour ne pas créer de la colère.

> Découvrez notre affiche sur les thérapies non médicamenteuses

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.