Conseils aidants

Publié le 22 mai 2017 / par Julien / Temps de lecture estimé 3 min.

0

Adapter ses jeux pour les personnes atteintes d’Alzheimer

L’accompagnement des personnes atteinte de la maladie d’Alzheimer a des caractéristiques propres. Il existe en revanche de nombreux points communs entre elles et les personnes présentant un handicap. Voici quelques idées pour augmenter l’accessibilité des jeux et activités.

 

1.Faciliter la préhension

Essayez d’éliminer toutes les barrières « physiques » au jeu. Privilégiez les outils ayant des pièces de grandes tailles plus faciles à manipuler et à repérer visuellement. Veillez aux poids et à la stabilité des différents éléments. Des pions de jeux trop légers seront peu stables alors que des pièces trop lourdes seront quant à elles trop difficiles à déplacer. Ne pas hésitez à utiliser des objets du quotidien pour remplacer des pions qui seraient trop petit.

2.Faciliter la compréhension

Privilégiez du matériel proposant des visuels clairs et bien organisés. Evitez les jeux donnant trop d’informations à la fois ou ceux visuellement encombrés. Un fond blanc et des photographies facilement compréhensibles sont préférables à des illustrations abstraites ou privilégiant le rendu « artistique ». Par exemple, le loto des fruits :

LOTO-DES-FRUITS

Vous pouvez tout à fait adapter les règles du jeu, les simplifier et même les rendre plus compréhensibles en créant des règles plus claires et visuelles, notamment à l’aide de pictogrammes.

3.S’adapter aux sensibilités et à l’historique de vie

La personne malade Alzheimer a toujours sa propre (et souvent riche) histoire et des sensibilités qu’il convient de respecter. Évitez les jeux et activités pouvant être considérées comme trop infantilisant. Ou adaptez-les ! Vous pouvez tout à fait proposer une activité de modelage ; l’important sera la manière de présenter cette activité et de la rendre intéressante et stimulante en fonction de votre public.

4.Stimuler les sens

Privilégiez du matériel sensoriel, stimulant le toucher mais aussi l’odorat, la vue ou l’audition. Savez-vous qu’un an après un événement marquant de notre vie, les sensations olfactives sont retenues à 90%, celles du toucher à 35%, les auditives à 6% quant aux visuelles, elles ne se fixent qu’à 4% ! Les sens sont le reflet de notre vie. L’odorat, occupe ainsi une place de choix. Il représente le sens le plus primitif et le plus intime de l’homme. L’émotion reliée aux souvenirs par l’évocation d’odeurs s’explique par la structure même du cerveau. Les connexions neuronales uniques qui existent entre les aires olfactives du système nerveux central et le complexe formé de l’amygdale et de l’hippocampe du système limbique sont responsables de l’émotion. Ces connexions directes, distingueraient les mémoires par évocation d’odeurs des autres mémoires sensorielles telles que la vision. Ces contacts intenses entre odeurs et émotions ne rendent cependant pas la remémoration plus claire et précise. Elle est simplement plus tenace. Les neurones sensoriels qui permettent d’identifier les molécules odorantes se régénèrent au bout de 60 jours. Ce phénomène très rare dans le cerveau assure une fiabilité des sources d’information olfactive. De plus, il n’entraîne pas de perte de données lors du remplacement des neurones car ceux-ci se placeront aux mêmes endroits et joueront le même rôle que leurs prédécesseurs. Découvrez ci-dessous une sélection de jeux olfactifs :

Le loto des odeurs

Les boites à odeur Montessori

Jeu olfactif Topscent

 

Tags: , ,


A propos de l'auteur



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Taper la réponse pour valider votre commentaire * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Revenir en haut ↑